Marseille : comment les Calanques ont-elles traversé l'histoire ?

Marseille : comment les Calanques ont-elles traversé l’histoire ?

Calanques Marseille

Protégées par le premier parc national périurbain d’Europe, les Calanques font la renommée de la région marseillaise. Depuis la nuit des temps, le massif des Calanques regorgent de secrets et de légendes. Marquée par chaque ère de l’histoire, apportant leur lot de changements au paysage provençal, ces terres singulières attirent chaque année des touristes venus du monde entier.

Les Calanques et l’histoire

Riche en minéraux et en végétaux, le Parc National des Calanques est considéré à ce jour comme un lieu incontournable à visiter en Provence. Situé au sud de Marseille, ce vaste espace montagneux littoral offre des reliefs à couper le souffle. Les falaises, les eaux turquoise et azur, forment un contraste unique au monde. Modelées au fil des siècles, leur formation géologique caractérise leur aspect singulier.

L’histoire des Calanques remonte à l’ère Mésozoïque. A cette époque, la Terre avait une toute autre apparence qu’aujourd’hui. Depuis la Préhistoire, les Calanques ont été une source de matières premières et de nourriture pour les hommes des cavernes. Des peintures rupestres, qui ornent la grotte de Cosquer à 37 mètres de profondeur, démontrent le passage des hommes. Cette cavité unique et exceptionnel abrite en son sein des peintures datant du Paléolithique, la première et la plus longue période de la Préhistoire.

D’autres découvertes datant de l’Antiquité, comme des poteries sigillées, ont également été découvertes à la calanque de Morgiou. Dans l’anse de Monastério, une pêcherie et une conserverie de poisson datant du premier siècle avant notre ère ont également été retrouvées par des chercheurs. Dès le premier siècle après J.-C, les Calanques de Marseille étaient d’ores et déjà une plaque tournante de la pêche au thon. Avant de devenir un lieu touristique de renommée internationale, les Calanques de Marseille étaient une zone d’implantation d’usines entre le 19ème et le 20ème siècle. Elles étaient dédiées à la production de plomb, de soude, mais aussi, de souffre, de calcaire et de verre.

Une aubaine pour les pêcheurs

La pêche est toujours une activité traditionnelle pour les Marseillais. À l’époque, ils se rendaient sur les lieux en barques pour pêcher diverses espèces de poissons, comme des daurades, des soles ou bien des homards. De nombreuses cabanes de pêcheurs bordent encore aujourd’hui les Calanques. A l’est de l’île de Riou, des restes du P-38 de Saint-Exupéry, disparu en mer le 31 juillet 1944, ont notamment été trouvés.

Si ce paysage a une apparence immortelle, l’impact de l’homme ne doit toutefois pas être négligé. Si les activités industrielles ont permis un essor économique, ces derrières ont également abîmé ce joyau naturel. Si le Parc National des Calanques s’enrichit au cours des années, espérons que les plus anciennes des trouvailles demeurent protégées et conservées, afin de les faire connaître aux générations futures. En 2012, les mesures de conservation ont été renforcées avec la création du Parc National réglementé.

Les fonds marins

Dès 1923, de multiples trouvailles comme des vestiges datant du XVIIIème ont été recensées par le « Comité de Défense des Calanques ». D’autres incroyables découvertes telles que des canons, des boulets, ainsi que des carcasses de chevaux, ont notamment été repérées dans les eaux profondes avoisinant les Calanques. Quelques fortins et batteries, qui témoignent de notre histoire, sont encore présents sur les îles et la côte. Un boulet de canon marqué d’une ancre est encore encastré dans les roches du cap Morgiou.

Dans les profondeurs du Grand Congloué, qui est considéré comme la Mecque de la plongée, deux épaves chargées d’amphore ont été découvertes par Jacques-Yves Cousteau, officier de la Marine nationale et explorateur océanographique français. Il s’agissait de la première fouille archéologique pour le commandant. Depuis plus d’un siècle, les Marseillais luttent pour la sauvegarde et la protection de ces trésors. Suite à l’exploitation de la calanque du Port-Miou en 1907, le comité de défense des calanques a été créé.

La nature aride caractérise les Calanques qui se situent dans le climat le plus sec de la Méditerranée. Un écosystème incroyable a néanmoins réussi à s’épanouir. Près de 1 600 espèces végétales sont recensées dans le Parc National des Calanques. Parmi ces espèces, 32 sont protégées au niveau national, et environ 40 espèces sont protégées au niveau régional. Concernant la faune, les Calanques abritent plus de 25 espèces protégées dont l’aigle de Bonelli. Le bassin marseillais est également peuplé de dauphins, de rorquals communs, mais aussi, de tortues caouannes.

Top 3 des plus belles Calanques de Marseille

Découvrez trois calanques de Marseille qui sont protégées dans le premier Parc Naturel périurbain d’Europe :

  • Sugiton

Situées à Marseille et Cassis, il s’agit de l’une des plus impressionnantes calanques à visiter. Elle se compose de deux criques qui ont chacune une plage de galets. Depuis les falaises, un panorama à couper le souffle est à contempler.

  • En-Vau

La beauté de cette calanque est reproduite sur de nombreuses cartes postales. Une plage située au fond de la calanque attire les baigneurs pendant la saison estivale. Au sommet du belvédère d’En-Vau, une vue idyllique est à découvrir.

  • Port-Pin

La calanque de Port-Pin est réputée pour sa belle plage de sable et de galets. Très fréquentée pendant l’été, nous vous conseillons d’y aller au printemps.

  • Sormiou

Avec sa plage de sable, Sormiou est une calanque emblématique de Marseille. Il s’agit de l’endroit idéal pour les randonneurs et les amateurs de plongée sous-marine. Elle abrite notamment la grotte préhistorique Cosquer. Il est aussi possible de monter jusqu’à la crête de Morgiou pour admirer la vue panoramique.

About

No Comments

Leave a Comment